Le travail forcé et la traite d’êtres humains à des fins de travail forcé ont été documentés dans le secteur du cacao en Côte d’Ivoire.

Verité a réalisé une évaluation rapide visant à comprendre la natures des causes fondamentales du travail forcé dans le secteur du cacao ivoirien. Cette recherche, publiée en 2019, se basait sur une approche fondée sur des indicateurs. De même, l’étude de Verité a révélé que certains travailleurs du secteur du cacao pourraient être trompés ou encore exploités au cours de leur recrutement, et pourraient faire face à la servitude pour dettes ou d’autres risques une fois en poste au sein d’une plantation de cacao. L’isolation, la non-rémunération ou des conditions de rémunération abusives, l’endettement ou d’autres facteurs peuvent potentiellement aggraver leur vulnérabilité. Verité a découvert que les migrants (du Burkina Faso, du Mali, et des zones non productrices de cacao en Côte d’Ivoire) qui sont endettés en raison de leur recrutement et de leur migration ou de leur voyage, et qui ont relativement peu d’ancienneté dans le secteur du cacao, sont les travailleurs les plus à risque.

Avec l’aide de la fondation International Cocoa Initiative, et en consultation avec un panel d’acteurs de l’industrie, du gouvernement et de la société civile, Verité a développé une série exhaustive de recommandations afin de lutter contre cette problématique.

cover image

Full report: Assessment of forced labour risk in the cocoa sector of Côte d'Ivoire

Téléchargez

Recommendations for Addressing Forced Labor Risk in the Cocoa Sector of Côte d’Ivoire

Téléchargez

Les recommandations pour répondre au risque de travail forcé dans le secteur du cacao en Côte d’Ivoire

Téléchargez